Allaiter en néonat

Publié le par Justine

Allaiter en néonat

   J'aurais pu commencer par mille autres sujets mais voici celui qui me tient le plus à coeur. Avant même d'être enceinte, je souhaitais allaiter. Je ne parlerai pas ici des raisons qui peuvent pousser à le faire mais de la façon de le faire...quand bébé n'est pas avec nous! Mettre en place la lactation, faire du peau à peau, mettre bébé au sein...tout ça n'est déjà sûrement pas facile quand "tout va bien" alors si bébé est affaibli (et la Maman aussi!) et qu'il n'est pas avec nous, ça peut sembler mal parti! Pourtant, on peut allaiter un bébé préma ou qui a des difficultés, je le sais, je l'ai fait, et pourtant, ce n'était pas gagné! Je n'ai pas de recette miracle à partager ici, juste des petits trucs qui peuvent aider à mettre l'allaitement en place et ne pas se décourager, en fait, l'article que j'aurais peut-être aimé pouvoir lire quand je me suis lancée!

 

    Quand je suis arrivée en réa et que j'ai vu bébé avec tous ces tuyaux, je me suis fait la réfléxion que pour l'allaitement auquel je tenais tant, c'était cuit! Que nenni! Déjà, j'ai eu la chance d'être dans une maternité où l'allaitement est important. A peine sortie de salle de naissance, des sage-femmes venaient me montrer comment utiliser le tire-lait pour stimuler, à défaut que ce ne soit bébé qui le fasse. Aussi, n'hésitez pas, à peine arrivée à la maternité, à parler de votre souhait d'allaiter si c'est le cas! De mon côté, j'avais même briefé Super Papa pour qu'il en parle si jamais j'oubliais ou que j'étais trop mal pour le faire.

 

    Quand enfin vous pouvez voir votre bébé, demandez aussi à faire du peau à peau ou mettre bébé au sein (même s'il ne sait pas encore téter!), quand cela est possible évidemment. De mon côté, j'étais tellement prise dans le tourbillon que je n'ai jamais demandé ces contacts et ce n'est qu'à quelques jours que mon bébé a pu être mis au sein! Or, plus bébé est mis tôt au sein, plus c'est facile pour lui et pour vous de tout mettre en place! Bien sûr, je sais que ce n'est pas forcément faisable, encore moins avec les très grands prématurés mais n'hésitez pas à parler de votre souhait très tôt à l'équipe qui s'occupe de votre bébé. En attendant d'avoir ce premier contact, surtout, tirez votre lait! La maternité peut vous fournir une ordonnance pour obtenir un tire-lait électrique ; de mon côté, j'ai eu de la chance : les services de réa et soins intensifs à Jeanne de Flandres ont tous les deux une pièce réservée aux mamans qui souhaitent allaiter. A défaut, faites des expressions manuelles en attendant d'obtenir une ordonnance pour un tire-lait électrique (oui, c'est enquiquinant!). De mon côté, je m'étais beaucoup informée en lisant avant l'accouchement, notamment le super guide pratique, très clair et pas enquiquinant, de Marjolaine Solaro (Allaitement : le guide pratique). Les cours de préparation à l'accouchement ont aussi pu combler les vides ; certaines maternités ont aussi des réunions d'information (oui, j'ai suivi la totale, j'étais bien informée sur le sujet on va dire!)

 

   Au départ, tirez votre lait toutes les trois heures, comme si bébé tétait. Faites tout de même une pause la nuit (pas plus de six heures entre deux expressions!), vous avez besoin de repos avec toutes ces émotions et votre production de lait n'en sera que meilleure. Demandez aux sage-femmes ou puéricultrices d'être là la première fois que vous tirez votre lait, histoire qu'on vous montre tout le côté technique/hygiène et de savoir si tout va bien (notamment pour la taille des téterelles). Non, au début, vous n'aurez rien, ou presque, et c'est normal! Surtout, il ne faut pas se décourager! J'ai passé une nuit à pleurer tellement je n'avais rien (et quand je dis rien c'est même pas une goutte de colostrum, alors que la veille j'en avais!). Le lendemain matin, je retrouvais le moral grâce à une puéricultrice qui s'est rendu compte que je n'allais pas fort. Je crois que c'est ça le plus important : parler, parler, parler, avoir des oreilles attentives et des personnes encourageantes! Quand bébé ne va pas fort, on ne pense qu'à lui et on en oublie de prendre soin de soi. Entourez vous des bonnes personnes, celles qui sauront vous soutenir et vous encourager, vous dire que oui, vous avez fait le bon choix en allaitant et que tout va bien se passer. Oui, vous allez y arriver! Si le personnel hospitalier n'est pas toujours disponible, il y a des personnes qui font cela très bien et peuvent également informer sur la façon de tirer son lait, donner son lait à son bébé, etc, comme Solidarilait ou La Leche League.

 

   Si justement le personnel hospitalier ne vous guide pas dans l'allaitement, exprimez votre désir d'allaiter, de donner votre lait à votre bébé quand il ne peut pas encore téter (s'il n'est pas nourri par sonde, à la seringue, il vaut mieux éviter les biberons pour que la mise au sein se passe bien ensuite ; et même si vous n'avez que quelques gouttes lors des premiers jours, le colostrum fera du bien à votre bébé et à vous aussi, ça booste un ego de Maman de savoir qu'on donne son lait à son bébé et c'est un premier contact, surtout si on n'a pas encore touché son bébé), de le mettre au sein ensuite quand c'est possible. Cette partie là peut parfois être compliquée, quand on a un bébé qui ne sait pas téter on croit qu'on n'y arrivera jamais : ce n'est pas le cas! Vous pouvez vous aider de bouts de sein en silicone pour que bébé attrape le sein plus facilement ou exprimer une goutte de lait pour qu'il comprenne que sein = manger. Ce sera encore plus simple si vous avez pu lui donner votre lait auparavant. Si rien n'est mis en place pour que vous puissiez tirer votre lait sur place, pensez bien à avoir tout le matériel nécessaire pour transporter votre lait dans les meilleures conditions (récipients propres et stérilisés, petite glacière) ; il serait dommage que votre lait soit jeté parce qu'une bactérie s'est développée faute de bonne conservation!

 

   L'allaitement n'est pas une chose facile et encore moins avec un bébé en néonat. Cela demande de l'investissement et d'être bien entourée et encouragée mais c'est faisable, il ne faut surtout pas se laisser décourager!

 

   Et vous, quelle est votre expérience de l'allaitement?

 

   

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

oph 29/10/2014 09:21

Article très intéressant. L'allaitement pour mon bébé a été long à mettre en route (peut-être que la césarienne retarde un peu les choses, je ne sais pas...), en tous cas j'admire beaucoup cette volonté d'allaiter en neonat. Ce doit être un moyen de tisser du lien, de se sentir maman à part entière quand on est dépossédé d'une partie de ce rôle... enfin j'imagine en tous cas. Mon bébé a eu une méningite le jour de ses 3 mois. Je venais de reprendre le travail, mais je continuais à l'allaiter, et ca a été un réconfort immense pour moi : je me sentais bien impuissante face à tout ce lui arrivait, oui mais le nourrir, ça c'était encore mon rôle!!!! En plus les soignants ne nous autorisaient pas trop à le prendre dans les bras (à cause de la ponction lombaire) à part pour l'allaitement, c'était donc un vrai moment de câlins et de partage pour nous 2!!!!!

Mélanie 15/09/2014 10:31

Je n'ai pas allaité et je le regrette un peu aujourd'hui mais ce que je retiens surtout de ton article c'est à quel point il faut être encouragée et entourée dans son choix, quelqu'il soit.
Ton article va j'en suis certaine servir à bien des mamans et leur donner beaucoup de courage et de positivisme. Bravo !

Justine 15/09/2014 21:49

Oh non, il ne faut pas regretter si c'était ton choix à l'époque! Comme tu le dis, il faut vraiment être encouragée et entourée parce que déjà, un bébé en temps normal, c'est sport, mais alors en néonat... on se décourage vite! C'est terrible de se retrouver face à un bébé qui ne sait pas manger! J'espère que comme tu le dis, ce post pourra servir ;)